Une journée dans la peau d’une danseuse professionnelle

danseuse étoileQui n’a jamais rêvé de vivre la vie d’une professionnelle de la danse ou d’une danseuse étoile ? Eh bien, c’est, je pense, le cas pour la majorité des femmes qui s’essayent à la danse. Bien entendu, la danse peut être pratiquée comme une simple activité sportive, mais peut aussi être considérée comme une véritable passion. La vie d’une danseuse de ballet professionnelle comme j’ai pu le remarquer peut être assez épuisante. Cela n’empêche pas cependant qu’être une danseuse étoile reste un choix de métier très intéressant et qu’il permet de s’adonner totalement à sa passion pour la danse classique en tant que véritable professionnelle. Bien entendu, toutes les vies des danseuses ne se ressemblent pas réellement, mais aujourd’hui je vais vous partager comment se passent en général une journée de répétition et une journée de spectacle.

Le programme durant les journées de répétition

La vie d’une danseuse étoile est très remplie dans la majeure partie des cas. Le réveil se passe souvent vers 7 h 30 lors des journées de répétition. Durant l’heure qui suit, une danseuse assidue ne perd pas de temps et commence à se préparer pour la journée en faisant sa toilette, en s’habillant et en mangeant avant de sortir de la maison. Vers 9 h 30, elle arrive dans le studio de danse afin de commencer sa journée de travail. Elle prend alors connaissance de l’horaire de la journée et de ses séances de répétition de la journée et rejoint sa salle de répétition. Elle se change alors rapidement dans les vestiaires pour mettre ses collants ou son maillot ainsi que les vêtements de réchauffement pour isoler ses muscles. Après s’être échauffée dans le studio, elle commence sa session d’entraînement vers 10 h pour maintenir sa forme physique et termine vers 13 h. Ces sessions peuvent durer un peu plus longtemps à l’approche des dates de spectacle et le ballet entier est répété. De 13 h à 14 h 30 c’est la pause déjeuner et à partir de 15 h 30 se passe généralement les essayages des costumes, des coiffes et des perruques. Vers 18 h 30, la journée de travail est terminée et la danseuse peut rentrer chez elle pour dîner en famille et puis se coucher.

Le déroulement d’une journée de spectacle

Les journées de spectacle sont relativement différentes des journées de répétition. La journée de travail se déroule un peu plus tard que d’habitude parce que les interprètes et l’ensemble des danseurs et danseuses du spectacle se rendent au théâtre vers 11 h. Ils peuvent donc prendre le temps qu’ils veulent pour se préparer à la journée. La danseuse étoile doit alors vérifier la distribution du spectacle avant de commencer sa classe de ballet. Il faut cependant noter que lors d’une soirée de spectacle, il peut y avoir une représentation l’après-midi et une autre durant la soirée. Vers 12 h 30, une fois la session d’entraînement terminée, elle peut se rendre dans sa loge pour pouvoir se coiffer et se maquiller. Elle enfile ensuite son tutu ou sa robe de danse avec l’aide d’un habilleur pour fermer les fermetures. À 13 h 30, le régisseur du spectacle fait une annonce lorsqu’il ne reste plus que 30 min avant la première représentation, l’occasion pour la danseuse de se réchauffer une dernière fois, recevoir les dernières corrections et se préparer mentalement. Une fois le rideau levé, la danseuse donne le meilleur d’elle-même pour jouer son interprétation dans le spectacle. À 16 h 30, la danseuse peut retourner dans sa loge pour se changer et manger rapidement avant d’aller répéter pour la séance du soir. C’est vers 19 h 30 ou 20 h qu’a lieu le lever de rideau de la deuxième représentation. Et, elle arrive chez elle vers 22 h pour relaxer et se reposer, mais elle peut aussi sortir pour manger avec ses amis. Que pensez-vous des journées d’une danseuse étoile ?

Publicités

Tout savoir sur les tutus de danse classique

tutu danse classiqueDans le domaine de la danse classique, on accorde une certaine importance au travail en danse, mais également aux vêtements que portent les danseuses. En effet, il y a une certaine codification concernant les habits, c’est pourquoi lorsque vous assistez à un spectacle de danse classique, les danseuses sont souvent amenées à mettre des costumes ballerines, des chaussons de danse, mais aussi des tutus de danse. Le tutu est un élément indispensable pour toutes danseuses classiques. Le porter permet à chacune de mettre en valeur chacun de leurs pas et de leurs mouvements. Il ne s’agit donc pas seulement d’un simple vêtement, mais d’un véritable accessoire pour la danse. Il faut savoir, néanmoins, que les tutus de danse ne sont plus portés lors des séances de cours et d’entraînements, mais sont exigés lors des représentations et concours de danse artistique et classique. Nous allons voir dans cet article les différents types de tutus de danse et les critères à prendre en considération lors de leur choix.

Quels sont les différents types de tutus existants ?

Les tutus de danse sont de nos jours portés aussi bien par les danseuses adultes que les enfants faisant leurs premiers pas en tant que ballerines. On peut noter qu’il existe trois types spécifiques de tutus. On peut distinguer en premier lieu les tutus courts qui peuvent se présenter en deux sortes distinctes. On a le tutu français, un tutu à cerclette dont le tulle souple tombe sur un cerceau métallique situé sous celui-ci et qui prend une forme arrondie, et le tutu anglais, un tutu dont le tulle rigide crée comme une ligne horizontale. Les danseuses peuvent aussi porter les tutus longs qui sont considérés dans le monde de la danse comme indémodables. La jupette, elle, est un type de tutu qui se porte souvent au-dessus d’un collant ou d’un justaucorps durant les séances d’entraînement et de cours. La jupette a l’avantage d’être à la fois assez courte, fluide et de différentes matières et couleurs.

Comment se passe leur choix ?

Le choix des tutus de danse est un choix important lorsqu’on souhaite magnifier une représentation de danse classique. Il faut savoir que ce choix n’est généralement pas réalisé par la danseuse elle-même. Ce choix se fait souvent en fonction du type de tutu imposé par les spécificités du ballet ou de la représentation. Bien entendu, on a la possibilité de choisir sa forme et ses couleurs en fonction de ses goûts ou de son style s’ils s’adaptent parfaitement à la nature du spectacle. Les danseuses classiques peuvent alors opter pour les tutus classiques et indémodables tels que le tutu de tulle blanc ou opter pour des tutus de plusieurs coloris, bicolores, de différentes matières, flashys ou encore en tulle pailleté. Bien entendu, il faut veiller à ce que le tutu choisi ait toujours des détails raffinés. On peut néanmoins opter pour des tutus plus originaux en fonction des représentations à effectuer. Un avis ou une remarque sur les tutus de danse classique ? Faites un commentaire.

Comment bien entretenir ses pointes ?

cp1Il n’y a rien de tel pour une danseuse classique que d’obtenir pour la première fois sa paire de pointes. Cependant, outre le choix de ses pointes que nous avons abordé dans l’article précédent, il faut aussi penser à leur entretien. En effet, bien entretenir ses chaussons de danse avant les séances d’entraînement et les compétitions est indispensable pour éviter beaucoup de désagréments. Parmi les cas les plus fréquents, on peut noter la perte en performance de l’élastique ou encore la rupture du ruban. Les chaussons deviennent alors rapidement inutilisables et il est possible que cette situation dégrade la danse, mais aussi le moral de la danseuse. Alors, comment est-ce qu’on s’y prend pour entretenir correctement ses pointes ? Voici l’essentiel à savoir.

La préparation des pointes

Avant tout travail d’entretien de ses pointes, il est crucial de bien les préparer. Pour ce faire, l’acte à privilégier reste la couture. Vous devrez donc vous inventé couturière pour avoir des chaussons de danse de qualité à chaque séance d’entraînement. Il faudra souvent bien placer ses rubans au niveau de la pliure soit à la main en faisant de petits points soit à la machine à coudre en utilisant le point zigzag ou le point couture. Bien entendu, vous pouvez les personnaliser si vous le voulez, mais il ne faut pas oublier de cacher les petits bouts de ces rubans une fois qu’ils sont noués. Il faut aussi penser à l’élastique important pour le maintien du chausson et bien choisir la matière de celui-ci. On va privilégier le satin pour attirer le regard des personnes sur le coup de pied ou le coton pour plus de naturel.

L’assouplissement des pointes

Il faut savoir que les chaussons et les pointes de danse sont connus pour leur dureté. Cette dureté, il faut souvent la maîtriser afin que l’on puisse être à l’aise dans ses chaussons et pouvoir parfaitement réaliser chaque figure de danse. C’est la raison pour laquelle, on les écrase, on les casse ou on les plie. Tout dépend de la capacité des pieds à les modeler. Bien entendu, certains exercices peuvent nous permettre de les assouplir plus rapidement. Parmi les plus utilisés, on retrouve la technique des demi-pointes, une technique qui consiste à pousser fortement les pieds sur les demi-pointes. La transpiration et le réchauffement des pieds pourront alors permettre l’assouplissement des pointes. Évidemment, il existe encore beaucoup d’autres techniques utiles à cet effet.

L’entretien proprement dit des pointes

Passons maintenant à ce qui nous intéresse réellement, l’entretien de ses pointes. Cette démarche vise essentiellement à réparer les chaussons qui avec le temps s’usent et s’abîment. Il faut noter qu’il existe maintenant différentes techniques auxquelles vous pourrez penser. Vous pouvez par exemple vernir les pourtours de la pointe ou encore broder vos pointes. Il faut néanmoins bien faire attention lorsque vous optez pour la broderie, car cela pourrait changer considérablement l’esthétisme de vos chaussons. Voilà pour ce qui est de la remise en état, pour ce qui est du nettoyage par contre, il faut généralement frotter le satin des chaussons avec un coton imbibé d’acétone. Vous pouvez aussi opter pour du maquillage en poudre si vous souhaitez raviver leur couleur. Il ne faut pas non plus oublier d’entretenir les semelles ou de les changer si elles sont devenues trop fines. Et pour terminer, vous pouvez mettre vos chaussons dans un endroit aéré ou froid pour éviter qu’ils ne se ramollissent après chaque utilisation. N’hésitez pas à mettre un commentaire si vous avez un avis sur cet article ou quelques conseils pour nos danseuses pour l’entretien de leurs chaussons de danse.

Ballet : l’essentiel pour choisir ses pointes

chaussonsLe ballet est une discipline magnifique qui demande une véritable maîtrise technique, mais aussi une certaine élégance dans ses gestes. C’est également une discipline de danse codifié qui exige une certaine tenue vestimentaire. Outre les vêtements que l’on doit porter, que ce soit pour les cours ou pour les représentations et les spectacles, il faut bien choisir les chaussons de danse. Cependant, les choisir est plus difficile que de choisir de simples chaussures de danse. Il est nécessaire de prendre en considération différents facteurs et paramètres sans oublier de connaître certains vocabulaires spécifiques au monde de la danse classique.

Opter pour la bonne pointure

La première chose à faire quand n choisi ses chaussons de danse est de bien vérifier sa pointure et ses pointes. Il est nécessaire d’opter pour la bonne pointure afin d’éviter beaucoup de désagréments lors des séances d’entraînement. Il est essentiel que les orteils touchent tout juste le bout des chaussons quand on les mets et que les pieds puissent bien s’étaler. Il ne faut donc pas opter pour des modèles trop justes ou très larges comme ce que l’on fait d’habitude pour choisir les chaussures de ville. On peut donc en conclure qu’il est important que les pointent soient à la taille nécessaire. Cela permet notamment d’éviter les douleurs et les risques de foulure durant les entraînements, que ce soit pour les adultes ou les enfants.

Bien déterminer la largeur du chausson et la longueur de l’empeigne

Outre la pointure, on peut aussi noter que d’autres caractéristiques doivent être considérées lors du choix de ses pointes. Il faut par exemple bien déterminer la largeur du chausson. Il existe aujourd’hui des pointes se déclinant en taille large, moyen et étroit selon les besoins. Un mauvais choix de cette largeur peut éventuellement entraîner des douleurs au niveau des articulations et du pied. Il faut aussi bien choisir la longueur de l’empeigne, la partie recouvrant les orteils. Elle ne doit pas être trop courte ou trop longue. Mal la choisir peut produire des désagréments dans l’accomplissement des figures techniques. J’en ai moi-même fait les frais dans ma jeunesse, car mon père m’avait acheté des chaussons trop petits. Résultat, j’ai eu une foulure à la cheville et je n’ai pas pu pratiquer la danse pendant un long moment.

Se soucier de la dureté de la semelle

Il faut aussi bien penser à la dureté de la semelle. C’est grâce à cette dureté que l’on peut arriver à tenir sur les pointes. La semelle doit généralement être renforcée, mais il existe aujourd’hui des modèles de semelles de dureté variable. Tout dépend des caractéristiques des pieds. Pour bien choisir les semelles, il faut vérifier qu’elles puissent légèrement se plier suivant la position du pied. Il ne faut pas qu’elles soient trop dures et rigides ou qu’elles soient trop souples. Il faut noter que le choix de ses semelles dépend souvent du niveau et des progrès que fait la danseuses. Demander conseil à son professeur peut alors être très utile.

Optimiser ses achats

En effet, il est très important, voire même crucial, de bien penser avant de faire ses achats. Il est recommandé d’acheter ses chaussons dans des magasins spécialisés pour bénéficier des meilleurs produits. Il est aussi possible de les acheter sur internet si l’on est sûr du modèle et des dimensions de ses chaussons. Bien entendu, le plus judicieux serait de faire des essayages avant de se décider à les acheter. Le plus important reste néanmoins d’éviter d’acheter des modèles d’occasion. Il faut noter que les chaussons de danse déjà utilisé s’adaptent à la forme des pieds de la danseuse qui les a utilisés. Elles ne conviendront donc pas à vos pieds et vous aurez du mal à pratiquer la danse correctement.

Et vous, avez-vous d’autres suggestions à nous faire concernant le choix des pointes ? N’hésitez pas à nous en faire part.

Danse classique, mes conseils techniques

balLa danse classique est de loin la discipline de danse que je préfère. Non seulement j’ai eu l’occasion de m’y adonner dès mon plus jeune âge, mais j’ai toujours été fasciné par ces figures et aussi l’aisance des danseuses classiques. Cela fait des années que je pratique et je trouve toujours de nouvelles façons d’améliorer ma technique. Par ailleurs, j’ai pu faire de nombreuses rencontres grâce à cette discipline. Élèves ou professeurs, tous ont eu l’amabilité de me conseiller et de m’aider à mieux maîtriser cette danse et à progresser. J’ai aussi eu l’opportunité de suivre différents stages et préparer divers spectacles. J’ai maintenant envie de les partager, c’est pourquoi je tiens à en parler dans cet article.

L’expression du corps

L’objectif premier de la danse classique est, je pense, de faire transmettre la beauté de chaque mouvement. Il faut donc avoir une attitude assez gracieuse pour magnifier les enchaînements. Cela passe notamment par l’expression naturelle du visage. Quelles que soient la figure à réaliser et sa difficulté, il est donc nécessaire de garder toujours un air naturel et enjoué. Il faut aussi avoir l’air plus détendu pour éviter la tension au niveau du cou et de la nuque. Pour ce qui est du port de bras, il faut éviter de se crisper et trouver les bonnes positions. En règle générale, il est important que chaque bras crée une ligne tout en gardant des courbes arrondies.

La position des mains et du corps

Lorsqu’on parle de danse classique ou de ballet, il est naturel de porter une attention particulière aux mouvements et à la position du corps, mais aussi des mains. Il faut généralement avoir des doigts tenus selon une gestuelle propres à la danse classique. Cette position doit être maintenue durant chaque enchaînement. Pour ce qui est de la position du corps, il est important de trouver le bon placement de son poids. Cela permet de faciliter la mobilité et de changer d’appui rapidement durant une chorégraphie. Il est préférable pour cela de mettre la force du poids sur l’avant-pied et bien la répartir en fonction de la figure à réaliser.

Les gestes et les figures

En ballet, il est important d’avoir de bonnes bases afin d’espérer progresser rapidement et dans les meilleures conditions. Il faut donc maîtriser l’ensemble des gestuelles et des figures que l’on apprend durant es cours. Par exemple, pour les pirouettes, il est essentiel de bien préparer ses mouvements et d’adopter les bons mouvements. Cette préparation est aussi nécessaire pour des figures comme l’arabesque ou encore le développé. Mon conseil est d’améliorer sa souplesse et son équilibre grâce à différents exercices pendant ou après chaque cours. Il faut aussi une bonne dose d’échauffement et se muscler le dos pour mieux tenir durant chaque enchaînement. Avez-vous d’autres conseils à donner sur l’aspect technique de la danse classique ?

Les choses importantes quand on devient une ballerine

ballerineQui n’a jamais eu envie de devenir une ballerine ou une danseuse étoile durant son enfance ? Ce fut mon cas et j’ai réalisé que le domaine de la danse classique m’avait totalement séduite quand j’ai eu l’opportunité d’échanger avec une véritable célébrité dans ce domaine. Elle ne s’en souvient sûrement pas, mais c’est grâce à elle que j’ai pu réellement m’y intéresser. Être ballerine c’est avant tout beaucoup de travail, mais c’est également une discipline qui met en avant la beauté des gestes. Il faut donc aussi avoir une certaine attitude, une véritable grâce ainsi qu’une bonne forme physique et émotionnelle. Je vais essayer de vous exposer ces points importants afin que vous puissiez vous lancer sans crainte dans votre carrière de danseuse de ballet.

Avoir l’attitude et le dress code

Le fait d’être une ballerine est souvent symbole de féminité, de grâce et de force. C’est devenu une véritable tendance et on peut dénoter un réel engouement pour le sujet. Ce type de danse est selon moi le meilleur moyen de laisser librement s’exprimer son corps de femme et mettre en avant tout son charme. En travaillant le maintien de la tête, la posture et les enchaînements en musique, cela devient véritablement de l’art. La discipline et la rigueur sont ainsi indispensables pour magnifier les chorégraphies. Pour ce qui est de l’apparence, on sait toutes à quoi ressemble une vraie ballerine. Un make-up nude, un chignon de danseuse, un bustier, une jupe un peu froufrou et le tour est joué.

S’exercer chaque jour

L’allure est très importante dans cette discipline, c’est pourquoi certains exercices sont à réaliser chaque jour. Je vous le garantis, c’est vraiment efficace, bien que dur au début. Ce sont néanmoins des mouvements assez faciles qui permettent de gagner en souplesse et en légèreté. Il faut toujours serrer les abdominaux afin de gagner en fuselé et en force. Pour une belle posture, le cou doit être allongé et les épaules relâchées. Pour lifter les bras, faire le cygne est une excellente option et l’arabesque jambes-fessier permet d’affermir la silhouette. Bien entendu, il ne faut pas oublier de s’étirer après chaque exercice pour éviter les courbatures et permettre l’allongement des muscles. Croyez-moi, les courbatures sont le pire supplice pour une danseuse.

Suivre les bons cours

Conjuguant approche artistique et endurance, la danse classique est une discipline qui offre différentes possibilités. Pour fuseler le corps, il est possible de choisir entre différents types de cours. Pour ma part, j’ai longtemps privilégié les classiques tels que la barre au sol et le fitness body ballet. Vous avez néanmoins plusieurs choix possibles. Vous pouvez ainsi aussi bien opter pour les formules fitness telles que le Xtend Barre ou encore les formules plus fluides tels que le Fusion-Pilates. Je recommande les séances dans les écoles de danse, mais il existe aussi des cours vidéo sur internet. C’est à vous de voir.

Garder la forme

En effet, être en bonne forme est une des clés qui permettent à une danseuse de réussir une carrière de ballerine. Outre les exercices, il faut suivre généralement un certain régime. Rassurez-vous, il ne s’agit pas d’un régime draconien comme on pourrait le penser, mais plutôt d’une alimentation à la fois saine et équilibrée. C’est un régime à base de légumes, de fruits, d’aliments complets, de protéines maigres, de produits laitiers et d’acides gras essentiels. Il faut juste savoir bien les associer.